Entretien autour du projet « La Terre Sous Nos Pieds », lauréat du 1er Prix de l’édition 2015 !

Malgré les sujets qui divisent, on a tous la même terre sous nos pieds !

Yanacocha

Yanacocha

L’association IDEES du Master Coopération Internationale et Communication Multilingue de l’Université de Grenoble 3 propose un projet : des projections-débats autour d’un reportage sur les enjeux humains, écologiques et industriels générés par l’activité de l’exploitation minière de Yanacocha à Cajamarca au Pérou. Joris répond à nos questions.

Pourquoi un projet sur les mines d’extraction et pas les mines de crayon ?

On aurait peut-être moins de choses à dire sur les mines de crayon ! En fait, j’ai fait un voyage au Pérou l’année dernière, et j’ai passé deux mois dans une association à Cajamarca où j’étais volontaire. Il y a eu pas mal de coïncidences étonnantes : à  Cajamarca je me suis intéressé à la mine et j’ai rencontré Kiara, une journaliste péruvienne et volontaire comme moi, qui m’en a beaucoup parlé. A mon retour, on s’est rendu compte avec des amis que l’histoire de cette mine n’est pas isolée : les mines, c’est un sujet d’actu qui fait du bruit au niveau, social, économique, environnemental. On a voulu faire un reportage sur la mine de Yanacocha et son projet d’élargissement Conga qui dure depuis quelques années déjà pour montrer ce que l’exploitation d’une mine implique, tant pour les habitants que pour ceux qui y travaillent, les employeurs, les pouvoirs locaux etc. Quand on en a parlé à mes amis Kiara et Pepe qui vivent à Cajamarca, on s’est rendu compte qu’ils avaient eu la même idée en même temps ! Sur cette belle coïncidence, on était décidés à construire le projet ensemble.

Imaginons que Juliette et Louis ont assisté une projection-débat organisée à Grenoble et qu’ils sont tout retournés : ils ont découvert beaucoup de choses, de nouvelles possibilités. A quoi pensent-ils ?

Louis est en première et avait décidé de faire un projet humanitaire au Togo pour aider les enfants africains, être au service d’une cause juste. Maintenant, la vision de Louis est changée : il voit que finalement, un péruvien, un togolais, lui-même, ils sont tous égaux et ont tous quelque chose à s’apporter. Louis aimerait bien, lui aussi, construire un projet de solidarité internationale en coopération avec des personnes d’autres pays qui enrichiront sa vision avec leur propre expérience.

Juliette est étudiante  à l’INP de Grenoble et connaît tout de l’exploitation du territoire. Elle va être ingénieur, et ça lui plaît. Mais aujourd’hui, elle a vu au-delà de l’aspect purement technique qu’elle a l’habitude d’étudier en cours. Elle est touchée par les témoignages des personnes qui évoluent autour de la mine de Conga. Certains sont des ingénieurs, comme elle. Elle comprend que son travail ne sera pas seulement technique mais qu’il aura un impact sur la vie des gens. Avec son parcours d’ingénieur et ce qu’elle vient de découvrir, elle a un poids dans la gestion de l’exploitation des territoires.

Votre partenaire et vous : vous l’aimez un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ?

A la folie ! On a entièrement construit le projet en coopération avec le collectif péruvien SAWA et Pull’up en France. La communication est essentielle entre nous car les interviews au Pérou seront menées par l’équipe péruvienne et celles en France par nous-mêmes. Ce n’est pas toujours simple à cause du décalage horaire (et de la tranquillité péruvienne) mais ça fait partie du jeu et ça nous apprend à nous déstresser ! C’est une combinaison qui fonctionne bien et qui nous pousse à faire de belles choses. Ensuite, on fera venir une personne du collectif SAWA pour les projections-débats en France et vice versa pour les événements au Pérou.

Quelle est l’originalité de votre projet ?

Il y a déjà ce partenariat très fort avec l’équipe péruvienne dont on a parlé, le fait que nous construisons ce projet à distance, sans tous se connaître à la base, mais tous animés par les mêmes motivations ! Je pense qu’il y a aussi le parallèle qu’on va faire entre la mine de Conga et l’exploitation minière en France, pour faire ressortir les dynamiques communes et montrer que cette thématique est globale. Plus largement, cette question de l’exploitation du territoire est toujours d’actualité, par exemple avec les mobilisations citoyennes sur les zones à défendre en France, on va en proposer une autre perspective.

L’animation de débats autour des mines d’extraction : comment la rendre s’ECSI/sexy ?

DSC_0149Nous avons fait le choix d’organiser les déroulements de nos événements de manière participative, et la plus dynamique possible. En réalité, tout est parti des exposés réalisés en cours l’année dernière par notre promo : on les trouvait barbants. Du coup, on a proposé des modes plus originaux d’exposés (théâtre, débat mouvant) et ça a plus à tout le monde car les sujets dont nous traitions reprenaient vie ! C’est pourquoi nous avons fait le choix de l’ECSI, et depuis qu’on a lancé le projet, on s’informe beaucoup sur les outils d’E&D pour développer des débats participatifs.

Un moment marquant du projet ?

Quand on a eu les résultats du PIEED ! On ne s’y attendait pas car on avait déjà eu une déconvenue  sur une autre subvention. Du coup, l’enthousiasme était redescendu. Avoir le premier prix ça a été super fort! Ça nous a donné un second souffle. C’est super que le PIEED soutienne les projets étudiants : on est des acteurs très concernés par les changements de la société et il est important de nous fournir les opportunités pour nous exprimer.

L’obstacle que vous avez eu le plus de difficultés à surmonter ?

La traduction : Paul et Eloi de Pull’up qui travaillent avec nous sur le projet ne parlent pas espagnol, et nos ami-e-s péruvien-ne-s ne parlent pas français non plus. Du coup on traduit à chaque fois du français vers l’espagnol et inversement.  La communication est super importante, surtout lorsqu’on entrera dans la phase de montage. Heureusement que 40% de la promotion du Master parle espagnol !

Un message à faire passer au lecteur de ces lignes : lequel ?

N’hésites pas à consulter le site d’E&D et suivre ses actualités. Il y a de super opportunités de formations au montage de projets. Et puis, cher lecteur, tu peux aussi suivre l’actu de notre projet sur Facebook, ainsi que celui des autres projets du PIEED qui sont très chouettes !

Informez-vous, inspirez-vous et créez !!

Publicités
Cet article a été publié dans Lauréats 2015, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s