Lumière sur Pharma Lyon Humanitaire !

PLH

Un spectacle de théâtre, vidéos, contes africains et danses traditionnelles, le tout pour sensibiliser à l’interculturalité présente dans les projets de solidarité internationale ? C’est l’idée folle de l’association lyonnaise Pharma Lyon Humanitaire, lauréate du 1er prix du PIEED, qui débute tout juste son travail d’écriture du spectacle. Elles nous expliquent que le théâtre forum « est un bon moyen de diffuser des idées et de toucher plusieurs publics ».

Présentez-vous, votre association et votre projet d’ECSI :

On est Sarah présidente de l’association PLH et Charlotte la vice-présidente, c’est une association d’étudiants lyonnais en pharmacie. Nous avons un projet de solidarité internationale qu’on réalise au Burkina Faso et qu’on mène en collaboration avec Le CEPharm (Club des Etudiants en Pharmacie au Burkina Faso) C’est un partenariat depuis plusieurs années.

Notre projet lauréat du PIEED prévoit la réalisation d’un spectacle participatif et pluridisciplinaire qui se déroulera à partir du mois d’octobre : « Embarquement Immédiat pour Ouagadougou ». Ce spectacle souhaitera sensibiliser le public à l’interculturalité présente dans nos projets de solidarité internationale au Burkina Faso, que ce soit dans les habitudes culturelles ou dans l’accès aux soins. Nous sensibiliserons grâce au théâtre forum : une technique de théâtre qui invite les spectateurs à monter sur scène et réagir à une situation qu’ils n’ont pas l’habitude de vivre. Nous illustrerons aussi ce spectacle avec des vidéos et des images des situations que nous avons vécu sur place, ainsi qu’avec un conte sur le citoyen du monde que nous allons écrire, grâce à un conteur africain qui nous a plongé dans l’univers des contes.

Pourquoi un spectacle, pourquoi vous avez décidé de partir sur ce format ?

Au début on a pensé à une pièce de théâtre un peu classique parce qu’on trouvait que c’est un bon moyen de diffuser des idées et toucher plusieurs publics. Surtout que c’est un spectacle gratuit ! Puis on a décidé de partir sur un spectacle plus participatif, parce que le public sera obligé de prendre position. L’idée est de simuler un départ en voyage pour que le public découvre ce qu’a fait Pharma Lyon Humanitaire cet été pour se retrouver en fin de compte face à des situations. Et puis le choix du spectacle participatif c’est surtout pour ne pas ennuyer les gens, pour cela nous avons prévu de mélanger entre danse et chant, les participants vont devoir se lever, s’assoir et découvrir de nouvelles choses.

Avez-vous trouvé des difficultés pour candidater au PIEED ?

Au début la difficulté était de développer l’idée parce qu’on avait juste la forme et non pas le fond, et c’était tellement flou dans nos esprits que mettre tout ça sur papier c’était presque impossible ! On a donc dû en parler beaucoup avec les membres, surtout qu’il y avait beaucoup de questions très pointues dans le dossier sur lesquelles on était obligées de se pencher. A cela s’ajoute le fait que nous sommes débutantes dans les questions d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale. Et finalement le budget n’a pas été facile à construire, surtout la partie d’évaluation du nombre d’heures de théâtre et du nombre de participants.

La première fois devant le jury ?

La première fois on stressait vraiment trop, mais franchement on avait beaucoup de confiance, même si on avait peur de la question de notre légitimité pour mener un tel projet, mais au final nous nous étions assez bien préparées aux questions du jury.

Quels messages d’ECSI souhaitez-vous faire passer à partir de votre projet ?

Nous voulons faire passer l’idée que chaque citoyen est responsable et doit agir en fonction de ses motivations et de ses valeurs et qu’on ne doit pas être passifs, que ce soit au niveau des clichés, au niveau des pratiques quotidiennes en relation avec l’écologie, mais aussi en relation à la solidarité internationale. On pense qu’en tant qu’étudiantes c’est le moment où on doit s’engager puisqu’on a le temps et l’énergie pour le faire. Mais c’est aussi la période où on peut changer les mentalités, parce que c’est plus difficile de changer la mentalité des adultes, alors que quand on est étudiant, il est plus facile de communiquer, de faire comprendre qu’il y a plein de choses qu’on peut faire pour changer le monde et qui ne prennent pas de temps. On est sûrs que ça va faire plaisir aux gens quand ils verront la portée que ça aura au final.

Vous et votre partenaire, vous vous aimez : « beaucoup », « passionnément », « à la folie » ?

A la folie ! Nous avons une superbe communication avec eux, on communique beaucoup par Facebook et on est vraiment devenus amis. C’est comme quand tu appelles tes amis pour donner des nouvelles. Et quand on leur a parlé du spectacle, ils ont été très motivés, et on a hâte de voir ce que ça va donner comme aventure !

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s